Quelles pistes pour une vraie souveraineté alimentaire ?
30 août 2022

Quelles pistes pour une vraie souveraineté alimentaire ?

« La crise climatique de fond va venir bouleverser l’architecture mondiale de l’agriculture. »
Dans le cadre de son Initiative Souveraineté, l’Institut Choiseul dévoile son second Position Paper à la suite de la Rencontre Souveraineté et Résilience qui s’est tenue en juin dernier sur le thème de la souveraineté alimentaire. Stéphane Layani (Marché international de Rungis), Jérémie Lecha (Groupe Roullier), Mickaël Nogal (ANIA) et Thierry Pouch (Chambres d’agriculture de France) avaient livré leurs perspectives en matière de souveraineté alimentaire, dans l’optique d’atteindre une France capable de réduire et choisir ses dépendances, afin de se nourrir durablement.
« Être souverain en matière agricole et alimentaire, c’est ne pas dépendre, ou a minima avoir la capacité de diversifier et choisir ses dépendances. »

Dans un multilatéralisme mis à mal, le grand retour de la souveraineté agroalimentaire

La multiplication des crises sanitaires, climatiques, militaires et économiques bouleverse l’ordre mondial multilatéral. La pandémie de Covid-19 et le conflit russo-ukrainien ont cristallisé un sentiment d’urgence : celui de renforcer notre souveraineté alimentaire. Ni la France ni l’Europe ne présentent de vulnérabilités critiques à moyen terme. Cependant, tous les signaux laissent craindre une désoccidentalisation durable des enjeux agricoles et nous invitent à restructurer notre secteur agroalimentaire. À titre d’exemple, la part du territoire national français dédiée à l’agriculture a chuté de 63 à 52% entre 1950 et 2019. Le réchauffement climatique risque de renforcer la complexité de nos dépendances sectorielles découlant des besoins agroalimentaires.
« Une Europe souveraine sur le plan alimentaire et en capacité de répondre à la demande de pays-tiers doit être l’objectif partagé de tous les acteurs. »

Six propositions concrètes pour renforcer notre souveraineté agroalimentaire

Dans ce nouveau Position Paper, l’Institut Choiseul propose des solutions opérationnelles pour renforcer notre autonomie stratégique sur le plan agroalimentaire.
  1. Diversifier les approvisionnements et innover pour réduire l’exposition au risque de dépendance ;
  2. Assurer et faire respecter un cadre réglementaire favorable aux acteurs agroalimentaires français et européens ;
  3. Produire plus et mieux, en amendant la stratégie européenne « Farm to Fork » ;
  4. Adapter les cultures européennes au changement climatique en œuvrant à la mise en place d’une transition agricole ;
  5. Améliorer notre résilience logistique via une synchronisation européenne accrue des réseaux de distribution nationaux ;
  6. Valoriser et protéger les métiers de la filière agricole.
Découvrez le second Position Paper de l’Initiative Souveraineté : « Quelles pistes pour une souveraineté alimentaire ? Réduire et choisir nos dépendances pour se nourrir durablement ».
 

 

À propos de l’Initiative Souveraineté

L’Initiative Souveraineté est la plateforme de l’Institut Choiseul dédiée aux enjeux de souveraineté et de résilience, qui a pour but d’identifier et de promouvoir des mesures pragmatiques et concrètes destinées à renforcer l’autonomie stratégique de la France et de l’Europe. Au travers de rencontres régulières réunissant des acteurs économiques de premier plan, tous français et européens, et des experts reconnus, Choiseul entend ainsi prendre part au débat sur la nécessaire souveraineté nationale et européenne dans des domaines aussi variés que la défense, l’industrie, l’agroalimentaire ou encore les transports.